Ce site utilise des cookies

Pour vous offrir la meilleure expérience possible, ce site utilise des cookies. Vous pouvez retrouver toute l'information concernant notre utilisation des cookies ici. Votre vie privée est importante pour nous et nous vous encourageons à lire notre politique de confidentialité.

OK
False

10 atouts des actions des marchés émergents

20 février 2020

Tim Love nous fait part de ses réflexions sur certains des moteurs de croissance à court terme des actions des marchés émergents, de la technologie à la Chine en passant par l'ESG.

Les actions émergentes sont, selon nous, l'un des univers d'investissement les plus difficiles à répliquer pour les stratégies passives. En effet, les stratégies passives sur les actions des marchés émergents ont toujours eu du mal à égaler les rendements de l'indice MSCI EM pour un certain nombre de raisons, notamment le niveau des opérations sur titres et la fraude des entreprises.

C'est pourquoi nous pensons que la gestion active est bien adaptée aux actions émergentes. La gestion active, dans quelque spécialité que ce soit, offre de nombreuses opportunités de tirer profit de « retours à la moyenne » , tant au niveau top down (devises) que bottom up (niveau des actions), en raison de la volatilité inhérente à la classe d'actifs et du grand nombre de pays qui la composent.

Nous sommes conscients des répercussions négatives potentielles que l'épidémie de coronavirus pourrait avoir à court terme sur le marché et l'économie, mais nous pensons néanmoins que dix points essentiels resteront pertinents sur le long terme.

1. Le dollar atteint un sommet

Le point le plus important concernant la performance des marchés émergents, en particulier pour les actifs des marchés locaux, est que la croissance mondiale ralentit et que le cycle des taux d'intérêt aux Etats-Unis est arrivé à maturité, ce qui est susceptible de peser sur le dollar. Pour les marchés émergents, la fin de l'appréciation du dollar et la hausse du taux directeur de la Réserve fédérale (Fed) devraient apaiser les craintes d'un resserrement des conditions financières.

2. Un point d'entrée attractif

Nous sommes actuellement à un tournant : les perspectives relatives à long terme des actions émergentes comme leurs tendances cycliques relatives à court terme se sont améliorées. Ajoutons-y l’apaisement des relations internationales, actuellement fortement tendues, et le positionnement général semble trop défensif.

En réalité, la décennie écoulée a été marquée par une décote historique des actions émergentes par rapport à celles des marchés développés. La moindre croissance des bénéfices par action (BPA) et les conséquences d'un dollar fort ont conduit à une décennie de dévalorisation et de sous-performance par rapport au monde développé, et en particulier par rapport au S&P 500.

3. Rebond des valorisations

Les actions des marchés émergents sont désormais soutenues par de puissants facteurs qui devraient contribuer à leur revalorisation. L'écart de valorisation par rapport aux actions des marchés développés est à notre avis trop important par rapport à ce qu’il a été dans le passé. En outre, il existe des valorisations relatives intéressantes, en particulier si on les analyse sous le prisme des facteurs valeur, croissance ou rendement investment grade. Les bénéfices par action prévisionnels présentent également des signes forts de reprise par rapport à la relativement récente sous-performance de la dernière décennie.

4. Opérations de portage

Les devises à portage positif se comportent bien, quant aux devises liées aux matières premières, elles ont déjà baissé d'environ 65% par rapport à leurs sommets. Les cours intègrent déjà le dollar fort. En ce qui concerne les devises, notre modèle de taux de change effectif réel (TCER) suggère que la plupart des devises émergentes sont sous-évaluées. Avec la reprise du commerce mondial et le regain d’appétit pour le risque des investisseurs, le cycle évolue en faveur des monnaies cycliques. Nous pensons donc que les devises émergentes devraient engendrer des gains de change cette année.

5. Croissance supérieure

Le FMI s’attend à ce que la croissance des marchés émergents accélère en 2020 et qu’elle reste plus de deux fois supérieure à celle des marchés développés, grâce à une meilleure stratégie budgétaire, économique et monétaire, et à l’attention portée aux réformes structurelles dans de nombreux marchés émergents. De plus, l'assouplissement des conditions financières, résultant d'un assouplissement monétaire synchronisé dans les différents marchés émergents, devrait commencer à porter ses fruits en termes de croissance.

6. Un cycle de taux décalé

Au sein de notre univers de pays émergents, 15 banques centrales ont baissé leurs taux cette année, pour atteindre une moyenne d'environ 100 points de base, contre 75 points de base aux Etats-Unis. Dans l'ensemble, ces marchés ont la capacité et le potentiel de se détendre davantage, contrairement à la plupart des grandes économies développées, puisque l'inflation reste faible. De plus, nous pensons qu’au cours des prochaines années l'économie mondiale sera davantage tributaire des marchés émergents pour diversifier ses sources de croissance.

7. Les FAANG des marchés émergents/l’impulsion technologique

Nous pensons que le e-commerce, la banque digitale, l'intelligence artificielle, la conduite autonome, la robotique, l'Internet des objets et l'informatique mobile seront tous des moteurs fondamentaux des marchés émergents dans les années à venir, ce qui augure de belles perspectives à plus long terme. Les sociétés technologiques d'Asie défient l'Occident dans les technologies de demain, telles que les batteries de véhicules électriques, la thérapie génique et les équipements de télécommunications 5G. Ces technologies de pointe devraient profiter davantage aux populations des pays émergents qu'à celles du monde développé.

8. Amélioration des normes ESG

L'amélioration de la notation des actions émergentes sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) peut être favorisée par la double cotation, une plus grande transparence et l'adoption grandissante d'une meilleure gouvernance d'entreprise au niveau national. Malgré les conséquences de l'arrêt (temporaire) du programme Shanghai-London Connect ou du fait qu’Aramco ne soit cotée sur aucun marché développé, l'adoption accrue de la notation ESG a eu un impact positif sur les actions émergentes. La double cotation permet aux entreprises d'améliorer leurs compétences en matière d'ESG et de devenir leader sur leur marché domestique, ce qui devrait en inspirer d’autres. Que ce soit du fait de la mondialisation ou de l'adoption généralisée des médias sociaux (même à travers les pare-feu), le phénomène des normes mondiales continue de prendre de l’importance dans la perception qu’ont les marchés émergents des « bonnes pratiques actuelles ».

9. Poursuite des programmes nationaux de réforme

Certains pays en développement, dont le Brésil et l'Inde, continuent de mener des réformes structurelles significatives. La récente réduction de l’impôt sur les sociétés, l'accent mis sur le développement des infrastructures, les mesures visant à améliorer le cadre réglementaire et l'assouplissement monétaire devraient permettre de stabiliser ces économies.

En Inde, la banque centrale a réduit les taux de 135 points de base au cours de l'année dernière, et il semble probable qu'elle continue sur cette voie dans un avenir proche.

L'Indonésie a également dévoilé un plan visant à consacrer une part importante de son PIB au développement des infrastructures.

Au Brésil, l'engagement du gouvernement en faveur des réformes économiques a permis d'instaurer un climat plus favorable aux investissements. La réforme de la sécurité sociale est essentielle pour stimuler l'investissement et le crédit, ce qui peut réduire considérablement le déficit budgétaire du Brésil et devrait attirer davantage d'investissements étrangers.

Les initiatives de la Chine pour diversifier son économie ont été largement éclipsées par un protectionnisme international croissant. L'accent mis par le gouvernement sur la croissance durable et le renforcement de la résilience en période de tensions a entraîné une accélération de la mise en œuvre des réformes structurelles. Pour stimuler l'économie, la Chine peut recourir à des mesures monétaires supplémentaires si nécessaire. Bien que les autorités aient souligné qu'elles ne se livreraient pas à une stimulation excessive au cours de ce cycle, les mesures de soutien restent actives, avec des conséquences positives sur les marchés émergents en général, tant pour l’augmentation de la croissance que pour la protection contre son ralentissement.

10. Soutien des tendances séculaires

Les rendements des investissements de la dernière décennie n'ont pas été à la hauteur de ce que la logique séculaire permettait d'espérer ; cela inclut la croissance du PIB par habitant, la démographie, l'urbanisation, la participation des femmes au marché du travail, la vitesse de l'industrialisation, les gagnants de la disruption et ceux qui sont à la pointe de la technologie, notamment dans les sources d’énergie alternatives. Dans un monde de croissance faible, la croissance séculaire est plus attrayante que jamais. Nous pensons que cela peut représenter un potentiel d’environ 3 à 7% de bénéfices par action supplémentaires à long terme.

1Hypothèse selon laquelle le cours d'une action aura tendance à se rapprocher de son cours moyen au fil du temps.

Informations juridiques importantes
Les données figurant dans ce document ne sont fournies qu’à titre informatif et ne comportent pas de conseil en investissement. Les opinions et évaluations contenues dans ce document peuvent changer et reflètent le point de vue de GAM dans les conditions conjoncturelles actuelles. Aucune responsabilité n’est assumée quant à l'exactitude et l’exhaustivité des données. Les sociétés citées ont été sélectionnées dans l’univers couvert par les gérants de portefeuille afin de permettre au lecteur de mieux comprendre les thèmes présentés. Les sociétés en question ne sont pas nécessairement détenues en portefeuille ni ne constituent une quelconque recommandation de la part des gérants de portefeuille. La performance passée ne constitue pas un indicateur de l’évolution courante ou future.